L’Italie, plus vieux pays d’Europe

L’Italie est le plus vieux pays d’Europe, et le deuxième plus vieux pays du monde derrière le Japon. Depuis plusieurs années, le pays connaît un vieillissement de sa population extrêmement rapide. Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2021, environ 23 % de la population italienne avait plus de 65 ans. En 2050, cette proportion devrait atteindre 35 %, plus d’un tiers de sa population.

 

Quelques chiffres

En 2020, pour 1 enfant de moins de 6 ans, on comptait 5,1 personnes âgées de plus de 65 ans. Dix ans auparavant, en 2011, le rapport était de 1 pour 3,8. Si on remonte encore plus loin, le contraste est encore plus flagrant, en 1971, le rapport était quasiment équilibré à 1,1. Il suffit de regarder les courbes ci-dessous pour prendre conscience de l’ampleur du phénomène. A gauche la courbe indiquant le pourcentage de la population âgée d’au moins 65 ans de 1960 à 2021 ; à droite la courbe indiquant le pourcentage de la population âgée de 0 à 14 ans sur la même période.

 

Si l’Italie ne parvient pas à contrer cette crise démographique et que la tendance amorcée se poursuit, l’âge moyen de la population se situera à 50,7 ans en 2050 contre 45,7 ans en 2020. Conjointement, les moins de 14 ans, aujourd’hui 13 %, ne représenteront plus que 11,7 % de la population en 2050.

Autre chiffre inquiétant, en 2048 le nombre de décès pourrait représenter le double de celui des naissances, 784.000 contre 391.000. Cette tendance est clairement visible sur le graphique ci-dessous. On constate que depuis 2010 environ, la courbe du taux de mortalité (en bleue) croit quand celle du taux de natalité (en rouge) décroît. Ce phénomène engendre un taux d’excédent naturel négatif, qui a atteint en 2020 son plus bas niveau.

 

Depuis 2015, l’Italie perd chaque année entre 100.000 et 175.000 habitants. Selon L’ISTAT (l’Institut Italien de Statistique) l’Italie pourrait perdre plus de 20 % de sa population en 50 ans, soit 12 millions d’habitants. La population italienne passerait de 59,6 millions en 2020 à 47,6 millions en 2070. L’ISTAT précise qu’il s’agit d’une estimation moyenne et non du scénario pessimiste.

Malgré l’urgence évidente de la crise démographique, elle était pourtant la grande absente des débats lors des élections législatives de septembre dernier.  Ce vieillissement accéléré de la population a de lourdes conséquences économiques et sociales malheureusement ignorées par les partis politiques.

 

Qu’en est-il de la situation des personnes âgées en Italie ?

La situation des personnes âgées en Italie est complexe et inégalitaire. Effectivement, elle dépend de plusieurs facteurs tels que la santé, la situation économique et sociale, et la présence ou non d’un réseau familial de soutien.

En ce qui concerne les soins de santé pour les personnes âgées, l’Italie a un système de santé universel qui couvre tous les citoyens et les résidents étrangers. Cependant, le système de soins de santé italien a été confronté à des difficultés ces dernières années en raison de la crise économique et de la pandémie de COVID-19.

Il y a environ 5 000 maisons de retraite en Italie, appelées « case di riposo ».  La qualité des soins et des installations peut varier considérablement. Cela s’explique par le fait que le système de soins de santé en Italie est principalement axé sur les soins hospitaliers et les soins à domicile, plutôt que sur les soins en établissement.

En Italie, comme dans la majorité des pays du sud, une forme de familialisme persiste. L’Italie a une forte tradition familiale et une culture où les membres de la famille prennent soin les uns des autres, y compris les personnes âgées. Cependant les conditions économiques, sociales et les moeurs ont évolué au fil du temps, de sorte que de nombreuses familles italiennes ne sont plus en mesure de s’occuper de leurs aînés à temps plein. De fait, ces différents facteurs contribuent à la popularité des aides à domicile et ont laissé place à un véritable phénomène de société : les badanti.

 

Qui sont les badanti en Italie ?

Les badanti désignent en italien les auxiliaires de vie des personnes âgées à domicile.

En Europe, le nombre de travailleuses domestiques, assistant les personnes âgées ne cesse d’augmenter. Travailleuse, puisqu’il s’agit 4 fois sur 5 de femmes. En Italie, ce phénomène a pris de l’ampleur depuis plusieurs années en réponse aux prix et aux difficultés rencontrées par les structures d’accueil spécialisées. Les badanti proviennent principalement d’un autre pays, majoritairement d’Europe de l’Est et d’Amérique du Sud.

Quelles sont les causes de ce phénomène ?

L’emploi d’une main-d’œuvre immigrée comme aide à domicile s’explique par différents facteurs. D’abord, les badanti qui vivent au domicile de leur employeur permettent une présence continue. Dans ce cas, elles permettent également à la personne âgée de vieillir chez elle grâce aux soins à domicile. Ensuite, embaucher une badante immigrée peut représenter un avantage financier face aux prix élevés des maisons de retraite. Enfin, les badanti résultent souvent de l’absence d’autre solution adaptée et se présentent comme la meilleure alternative possible. Les badanti permettent un véritable équilibre social, elles offrent aux familles le soutien nécessaire pour leur permette de continuer de travailler.

Les badanti : population vulnérable

Les badanti en Italie pâtissent souvent d’un contexte de vie compliqué. Effectivement, selon l’Organisation internationale du travail, les travailleuses domestiques « représentent une part importante de la main d’œuvre mondiale du secteur informel, et figure parmi les catégories de travailleurs les plus vulnérables ». Bien souvent ces travailleuses domestiques sont en situation irrégulière et se retrouvent totalement dépendante des personnes qu’elles accompagnent. On estime à 60% le nombre de badanti qui cohabitent avec les personnes âgées. Ces situations favorisent la précarisation des badanti pouvant se retrouver du jour au lendemain sans salaire ni logement en cas de décès ou d’hospitalisation de leur employeur. De plus, ces situations peuvent engendrer un volume horaire excessif. En présence de contrat, un maximum de 54 heures de travail par semaine est défini. Lorsqu’il n’y a aucun contrat, les badanti travaillent généralement bien plus, on les associe souvent à un engagement 24 h sur 24.

Concernant les travailleurs immigrés, les badanti sont exposés à des problèmes d’intégration : la barrière de la langue, le manque de considération et de valorisation de leur emploi, ou encore l’exploitation physique, voire financière. Ces nombreux obstacles peuvent être à l’origine d’une fatigue psychologique, et dans le pire des cas d’isolement social.

 

Un véritable enjeu pour l’Italie

L’aide à domicile est un secteur stratégique en Europe. Même si une intervention efficace de l’Etat se fait attendre, certaines mesures ont été prises par le gouvernement Italien. Les organisations de la société civile et les syndicats travaillent également à l’amélioration des conditions de travail et des droits des travailleurs immigrés dans le secteur de l’aide aux personnes âgées en Italie. Des initiatives ont été lancées pour promouvoir l’intégration et l’égalité des travailleurs immigrés dans ce secteur, ainsi que pour renforcer les règles en matière de travail et de protection sociale. Ainsi, des avantages fiscaux sont délivrés aux familles qui emploient des aides à domicile, ce qui rend cette option plus accessible pour de nombreux ménages et permet d’encadrer le travail des badanti. Cette question est centrale, puisqu’on estime que le pays aura besoin de 500 000 travailleurs domestiques supplémentaires d’ici 2030…

Comment trouver les ressources nécessaires pour prendre soin de ses ainés ? Comment permettre un dialogue intergénérationnel efficace ? Comment réussir à assurer la sécurité de ses travailleurs domestiques ?

Ce sont autant de questions auxquelles va devoir répondre le gouvernement italien. Comme le Japon, l’Italie va devoir faire preuve d’ingéniosité pour fournir des solutions efficaces à la crise démographique actuelle. L’Italie et plus globalement les pays européens vont devoir remettre la solidarité au cœur des débats politiques.

 

 

 

 

 

Sources:

dygraphs (istat.it)

Population âgée de plus de 65 ans, hommes (% du total) – Italy | Data (banquemondiale.org)

Population âgée de 0 à 14 ans, total – Italy | Data (banquemondiale.org)

Les travailleurs immigrés dans le secteur de l’aide aux personnes âgées: l’exemple de l’Italie | Cairn.info

Femmes et travail domestique : le cas des badanti en Italie et des auxiliaires de vie en France (openedition.org)

La crise démographique, grande absente de la campagne électorale italienne | Les Echos

Partager

Articles similaires

Saviez-vous que les Petits Frères des Pauvres envoient des jeunes à l’étranger ?

Chaque année, depuis plus de 10 ans, les Petits Frères des…

Actions des Petits Frères des Pauvres – Journée internationale des droits des femmes

En France comme partout dans le monde, le 8 mars…

12ème Séminaire sur la collecte de fonds

La semaine dernière, la Fédération Internationale des Petits Frères des…